txtpop1 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2

Interview à Angelo Fava

Exploitation agricole Marcello Fava


Faire l'éleveur, de manière complète.

“Selon une vision moderne et harmonieuse de l'agro-zootechnie, il ne manquait que l'installation de biogaz dans mon exploitation. Maintenant ça y est”. C'est ce que déclare avec satisfaction Angelo Fava, selon lequel, pour faire le métier d'éleveur, il faut aujourd'hui réussir à intégrer tout le processus de production agricole et même celui lié aux déjections animales. Une ressource précieuse, déjà présente dans l'exploitation, à utiliser avec sagesse et prévoyance. L'installation de biogaz devient ainsi le moteur d'une innovation structurelle, qui amène de nombreux bénéfices.
 
 
Dans quel contexte s'insère votre installation de biogaz ?
J'ai une exploitation agricole de 250 hectares avec 1.300 têtes de bétail. C'est dans une zone collinaire, à Tortona, près de Alexandrie.
 
Avec une installation de biogaz de...
... 999 kW alimentée pour la plupart avec le fumier. J'en insère environ 200 quintaux par jour avec l'ajout d'autres biomasses, sous-produits et déchets agricoles.
 
Depuis quand est-elle active ?
L'installation fonctionne exactement depuis le 26 janvier 2012. Je me suis souviens par cœur de la date, je l'ai marquée.
 
C'est un jour si important ?
Je voulais voir après un an exact quel serait le rendement.
 
Et vous êtes satisfait ?
Alors, un an après, le 26 janvier 2013 l'installation indiquait (ce sont des données certifiées) un fonctionnement de 8.742 heures. Si l'on pense que 365 jours équivalent à 8.760 heures... en bref elle a été arrêtée pendant seulement 18 heures, moins d'un jour en une année entière.
 
Un beau résultat.
Considérez que dans l'année prise en examen il y aussi eu la phase de mise en service, qui a duré 10 jours et pendant laquelle l'installation a évidemment des prestations inférieures parce qu'il faut la mettre au point. Et malgré la mise en service, la production moyenne a été de 991 kWh. Si ce n'est pas un record à mettre dans le Guiness, ça l'est presque.
 
L'idée de faire une installation de biogaz vous est-elle venue pour résoudre le problème des déjections ?
Ce n'est pas seulement le fait que je voulais trouver une solution au problème du fumier, qui surtout en hiver devient difficile à gérer. Ce que je voulais vraiment c'était changer le système de faire de l'agriculture, en adoptant une conception de production à cycle continu, où tous les anneaux s'enchainent entre eux. L'installation de biogaz était l'anneau manquant dans une conception moderne du métier d'éleveur et d'agriculteur. Considérez aussi que le digestat, le produit résiduel du biogaz, est un fertilisant meilleur que le fumier.
 
Quand a commencé le tout et comment avez-vous connu IES BIOGAS ?
J'ai commencé à penser au biogaz d'abord en 2009, puis en 2010 j'ai décidé que j'aurais sûrement installé une installation. Le problème était avec qui. J'ai connu IES par hasard, grâce à des amis. À l'époque ce n'était pas encore une réalité connue comme aujourd'hui. Ils ont connu une très forte croissance ces dernières années.
 
Et qu'est-ce qui l'a convaincu à choisir IES BIOGAS ?
Le sérieux. Parce que vous savez, tout le monde est capable d'être sérieux avec les mots, je n'ai jamais connu quelqu'un qui disait ne pas être sérieux dans son travail. Mais démontrer le sérieux sur la champ est une autre chose. C'est une qualité que j'ai tout de suite perçue, dès le premier devis et la première rencontre, très franche et compétente. Il y a eu un feeling impressionnant. Nous nous sommes rencontrés deux fois pour dîner et ils m'ont tout de suite plu, je n'avais aucun doute. Je n'ai plus demandé d'autres devis.
 
Y a-t-il un détail technique qui vous a particulièrement convaincu ?
Le système d'agitation des masses dans le fermenteur. J'entendais différents avis à ce sujet, la consultation de IES m'a semblé la plus compétente et en effet elle s'est révélée la plus juste, parfaite. Je suis extrêmement content.
 
En combien de temps pensez-vous payer l'investissement.
À ce rythme, en 5-6 ans j'aurai tout payé. Et après il n'y aura que des gains. Mais le concept dont je vous ai parlé est important. C'est plus qu'un investissement sur une source de revenu. C'est le complément logique et nécessaire à mon exploitation agricole.