txtpop1 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2 txtpop2

News

03.07.2013

Plus de 150 participants au Congrès “Biogaz Cercle Parfait”


Le biogaz fait de l'exploitation agricole un cercle vraiment parfait.


Le biogaz c'est l'agriculture à cent pour cent” a dit Sofia Mannelli, une des personnalités les plus illustres dans le monde du biogaz italien, conseillère à plusieurs reprises du Ministère pour les Politiques Agricoles et Forestières, “car l'agriculture s'est toujours fixée comme objectif d'utiliser au mieux toutes les ressources, même celle résiduelles, en en utilisant une partie pour des fins énergétiques. Épouser cette vision sera de plus en plus important”.
 
Ce passage, qui a ouvert le Congrès Biogaz Cercle Parfait, renferme beaucoup des thèmes touchés pendant l'évènement qui s'est déroulé à Modène vendredi 28 juin 2013 : la continuité du monde agricole avec le biogaz, l’efficacité durable, la rentabilité des exploitations agricoles, le futur du biogaz dans le domaine du biométhane et de la chimie verte.
 
Organisé par IES BIOGAS Academy pour faire le point de la situation dans un secteur si important pour le monde de l'agriculture et de la zootechnie, le Congrès “Biogaz Cercle Parfait” a mis les piquets que chaque exploitant agricole devrait connaître pour donner à son exploitation une prospective accomplie et en compléter au mieux le cycle de production.
 
 
Plus de 150 personnes ont participé à la prestigieuse Casa Museo Enzo Ferrari pour connaître les nouveautés législatives en ce qui concerne les mesures incitatives de l'état, comprendre les potentialités économiques et agronomiques des installations de biogaz, comprendre le futur de tout le secteur.
 
Illuminante l'intervention du prof. Alessandro Ragazzoni, professeur du Département de Sciences Agraires de l'Université de Bologne, auteur d'importantes études en Italie sur les conditions de rentabilité économique du biogaz. Ragazzoni a illustré comment un exploitant agricole doit procéder pour évaluer correctement l'investissement dans une installation de biogaz et son poids sur les différents coûts de l'approvisionnement, en délinéant le modèle économique idéal pour les exploitations agro-zootechniques.
 
“Jusqu'en 2012 il n'y avait pas besoin d'un professeur pour expliquer tout cela” a sympathiquement affirmé le prof. Ragazzoni, “aujourd'hui, avec les nouvelles normes, le cadre est plus articulé, mais les espaces de rentabilité sont présents, il s'agit de les comprendre correctement”. Heureusement, ajoutons-nous, Alessandro Ragazzoni est également depuis quelques mois un collaborateur de IES BIOGAS et ses compétences peuvent être mises à disposition de tous nos clients.
 
Un tableau finalement clair et ponctuel en terme de tarifs incitatifs l'a tracé Donatella Banzato, du Département d'Ingénierie Civile du Bâtiment et Environnementale de l'Université de Padoue, en expliquant comment“après une première phase d'exploration surtout destinée aux grandes exploitations agricoles, aujourd'hui le biogaz est le choix idéal pour les exploitations agro-zootechniques plus contenues, dans lesquelles il y a abondance de reflux et nécessité de les éliminer au mieux”.
 
Guido Bezzi, responsable d'agronomie du CIB - Consortium Italien Biogaz s'est arrêté sur la valeur agronomique du digestat. “Toutes les études conduites jusqu'à aujourd'hui” a souligné Bezzi, “démontrent que le digestat est un fertilisant d'une très haute valeur, avec des résultats qui améliorent le terrain”.
 
Le président Marzio Ottone et le directeur général Marco Mazzero, associés fondateurs de IES BIOGAS, ont conclu la rencontre en se focalisant sur deux thèmes : le futur du biogaz en Italie et dans le monde et les différences qui distinguent IES BIOGAS d'autres fabricants d'installations.
 
“Le biogaz comme nous le connaissons aujourd'hui n'est qu'un premier pas, nous sommes à la version 1.0 ” a affirmé Ottone. “Le concept vers lequel la filière est orientée est désormais celui de la bioraffinerie. Nous espérons que la législation italienne permette le plus tôt possible le développement du biométhane, pour lequel la technologie est déjà disponible. Dans les prochaines années, nous assisterons à un développement technologique qui permettra de tirer de la filière agricole d'ultérieurs avantages dans le domaine de la chimie verte”. 
 
Selon Mazzero ce sera encore la capacité de se syntoniser sur le “cercle parfait” de la production agricole le facteur de distinction de IES BIOGAS : “Nous nous proposons comme l'entreprise du 100% en termes de rendement, service, italianité et qualité globale. Nous croyons que la prospérité des exploitations agricoles repose dans la production à 100% de leur potentialité. Nous sommes convaincus qu'avec nous elles atteindront cet objectif”.
 
Les attentes étaient hautes. Et après les récentes évolutions législatives, les questions pour lesquelles les participants attendaient des réponses claires sont nombreuses. Avec satisfaction nous pouvons dire que celles-ci sont arrivées, de manière directe et exhaustive. Et qu'en plus du succès de public et d'intérêt, nous avons clairement et également perçu enthousiasme et émotion. Le splendide lieu, la Casa Museo Enzo Ferrari, qui pour l'occasion arborait une exposition de voitures d'époque de compétition, a sans aucun doute contribué. Un binôme suggestif avec le biogaz, sous le signe de l'excellence italienne.